Août avec Marie

Mercredi 28 juillet 2021 — Dernier ajout 0000
0 vote

Août avec Marie, _ modèle et mère de la fraternité universelle

Dans sa dernière lettre encyclique, Fratelli tutti (Tous frères), du 3 octobre 2020, le pape François nous exhortait à rallumer et attiser le feu de la fraternité humaine universelle à travers la solidarité et la charité à l’égard de tous. Au cœur de l’été, en ce mois d’août, particulièrement marial, en raison de la solennité de l’Assomption et de la mémoire de Marie Reine, nous pourrions découvrir, contempler et imiter en Marie l’idéal de ce à quoi nous engage l’exhortation du Saint Père.

Au premier paragraphe de Fratelli tutti, François affirme vouloir inviter « à un amour qui surmonte les barrières de la géographie et de l’espace » (Fratelli tutti n°1).
Admirablement bien, nous contemplons cet idéal en Marie, la jeune fille de Nazareth.

Aussitôt après l’annonce de l’ange Gabriel, elle se met en route rapidement pour visiter Élisabeth enceinte, symbole, d’une certaine manière, d’une humanité en souffrance. Par ce fait, Marie surmonte et brise les barrières de la géographie et de l’espace (de la Galilée en Judée) pour témoigner sa fraternelle sollicitude à sa cousine (Lc 1,39-40). Nous pourrions faire autant en nous faisant proches de ceux qui sont loin, brisant ainsi les barrières des distances en passant par exemple un coup de fil ou en envoyant un mail ou en visitant qui est seul ou abandonné.

L’attention à l’autre, à sa présence, à ses joies et à ses peines nous fait devenir non seulement son prochain, mais aussi son frère, ainsi que le rappelle le deuxième chapitre de Fratelli Tutti consacré à une relecture de l’épisode du bon samaritain. N’est-ce pas le même exemple de fraternité que manifesta Marie aux noces de Cana à l’égard des mariés à qui manqua le vin (Jn 2,1-12) ? Marie fut attentionnée à leur manque et œuvra pour que leur joie ne se transforme en angoisses.
Elle fut si sensible à cette humanité en passe d’entrer en détresse qu’elle intercéda auprès de Jésus pour ce frère et cette sœur en humanité qu’elle ne connaissait peut-être pas particulièrement. Notre sensibilité aux souffrances et aux manques de l’humanité peut nous faire devenir, comme Marie, des personnes qui prient et supplient Jésus d’exercer sa miséricorde et sa tendresse à l’égard de ceux qui sont en détresse. C’est aussi cela la fraternité.

Au-delà du modèle de fraternité qu’incarne Marie, nous pouvons aussi la contempler comme la mère même de notre chemin de fraternité, selon les mots du pape François. « Elle a reçu au pied de la croix cette maternité universelle et elle est pleine de sollicitude, non seulement pour Jésus, mais aussi pour le reste de ses enfants » (Fratelli Tutti n°278) que nous sommes. Que sa prière maternelle soutienne notre marche vers la patrie céleste et bénisse tous nos efforts pour une fraternité universelle toujours plus solidaire. Joyeux août à tous, sous le regard de la sainte Vierge Marie !

Abbé Providence M. Gbèhoun