Pour le temps de l’homélie

4e dimanche de Carême 22 mars 2020 et Méditation proposée par le père Albert Wanso

Vendredi 20 mars 2020 — Dernier ajout lundi 30 mars 2020
0 vote

« Le monde a une grave dette sociale envers les pauvres qui n’ont pas accès à l’eau potable, parce que c’est leur nier le droit à la vie, enraciné dans leur dignité inaliénable ». Laudato Si §30

En ce quatrième dimanche de Carême, nous sommes invités à prendre conscience d’un droit humain fondamental et universel : l’accès à l’eau potable.

Que faisons-nous de ce trésor de la création qu’est l’eau ?

Que Dieu nous fasse miséricorde.

Pour commencer ce temps de méditation : Psaume de la Création

Savons-nous que 2 milliards d’êtres humains sont toujours privés d’eau ? Peut-on accepter que des entreprises minières ou agro-alimentaires accaparent toute l’eau disponible ? Ecoutons la parole du pape François :

« En réalité, l’accès à l’eau potable et sûre est un droit humain primordial, fondamental et universel, parce qu’il détermine la survie des personnes, et par conséquent il est une condition pour l’exercice des autres droits humains…. Certaines études ont alerté sur la possibilité de souffrir d’une pénurie aiguë d’eau dans quelques décennies, si on n’agit pas en urgence. Les impacts sur l’environnement pourraient affecter des milliers de millions de personnes, et il est prévisible que le contrôle de l’eau par de grandes entreprises mondiales deviendra l’une des principales sources de conflits de ce siècle ». Laudato Si §30 & 31

Chant : Ecoute la voix du Seigneur

Ecoute la voix du Seigneur

Prête l’oreille de ton cœur

Tu entendras que Dieu fais grâce

Tu entendras l’Esprit d’audace

R// : Toi qui aimes la vie, Ô toi qui veux le bonheur,

Réponds en fidèle ouvrier de sa très douce volonté

Réponds en fidèle ouvrier de l’Évangile et de sa paix

Ecoute la voix du Seigneur

Prête l’oreille de ton cœur

Tu entendras crier les pauvres

Tu entendras gémir ce monde. R//

Evitons de nous culpabiliser. Au quotidien, chacun de nous, dans la mesure de sa prise de conscience, essaie d’être acteur d’une consommation modérée d’eau, d’alimentation, d’énergie, ou de transport… Ne méprisons pas ces petites choses, dit le pape, mais l’éducation pour l’alliance entre l’humanité et l’environnement reste à faire. Ecoutons-le :

« Un effort de sensibilisation de la population incombe à la politique et aux diverses associations. À l’Église également. Toutes les communautés chrétiennes ont un rôle important à jouer dans cette éducation ». Laudato Si §214

Dans le monde, le contrôle de l’eau deviendra l’une des principales sources de conflit de ce siècle. Saluons l’association ‘Nomad08’ créée en 2012 par des jeunes du bassin minier tunisien dans le sud-ouest du pays : Depuis sa création, de nombreux projets ont été mis en place, le principal étant la création de l’Observatoire tunisien de l’eau en 2016, aujourd’hui l’entité la plus connue en Tunisie pour la défense du droit d’accès à cette ressource… L’objectif est d’améliorer l’accès des communautés rurales et urbaines aux services d’eau et d’assainissement.

Nous serons témoins de l’espérance Dans ce monde qui frémit Dans le monde d’aujourd’hui Nous serons lumière, sel et semence

Prions pour notre terre Pape François Laudato Si

Méditation pour le 4è dimanche de carême en lien avec le CCFD
Par le père Albert Wanso

4e dimanche du Carême de l’Année liturgique A - 1 Sam. 16, 1b.6-7.10-13a Ps 22, Ep. 5, 8-14, Jn 9, 1-41
Déjà deux dimanches sans ecclesia, l’assemblée du Seigneur ! Que cela est dur ! Mais Dieu nous rejoint par sa Parole.
En ce 4e dimanche du Carême, la liturgie de la parole continue de nous proposer une catéchèse sur le baptême. Elle oriente notre attention vers le baptême qui sera célébré à Pâques, même si nous n’en aurons pas dans notre paroisse.
Nous lisons le miracle de la guérison de l’aveugle-né dont le récit est très coloré et très théâtral. Comme tous les miracles de Jésus celui-ci est un signe. Le récit est très détaillé et assez long. https://www.aelf.org/bible/Jn/9

I – Le contexte de l’action : des ténèbres à la lumière
L’aveugle-né enfermé dans sa cécité depuis sa naissance représente l’humanité refermée sur elle-même par le mal et par le péché d’Adam.
Jésus vient ouvrir les yeux du cœur. Ainsi, le baptisé passe de la cécité intérieure à la lumière intérieure de l’amour de Dieu. Nous sommes invités à : « Sortir de nos ténèbres et laisser entrer la lumière du Christ en nous ».
Profitons de ce temps de confinement imposé pour nous nourrir de la parole de Dieu au quotidien.

II – La scène
Revenons à l’aveugle-né. Comment l’aveugle-né retrouve-t-il la vue ?
Par des gestes que Jésus fait et des paroles qu’il dit. Jésus fait de la boue, il la met sur les yeux de l’aveugle et il lui dit « Va te laver à la piscine de Siloé. » L’aveugle se laisse appliquer la boue sur les yeux et il entend les paroles de Jésus.
Une fois sa vision retrouvée, l’aveugle-né est confronté à l’incrédulité des autorités : les pharisiens qui le questionnent et ne croient pas à son témoignage.

III - L ’illumination de la foi
La foi n’est pas d’abord un ensemble de dogmes et de vérités à croire (bien qu’elle en contienne plusieurs), mais, avant tout, elle est la rencontre et l’adhésion à une personne à qui je fais confiance totalement. Cette personne c’est Jésus. Il l’affirme clairement au début de cet évangile lorsqu’il dit « aussi longtemps que je suis dans le monde, je suis la lumière du monde » (verset 5).
Que faisons-nous de cette lumière, de cette « illumination » ?
Nous sommes renvoyés à notre liberté reçue de Dieu dans sa création de l’humanité. C’est grâce à un choix libre accessible à tous et à toutes que nous pouvons recevoir la lumière, Les pharisiens ont refusé Jésus et ils sont carrément condamnés. « Serions-nous aveugles, nous aussi ? » demandent-ils à Jésus. Et Jésus leur répond : « Si vous étiez aveugles, vous n’auriez pas de péché ; mais du moment que vous dites : “Nous voyons !”, votre péché demeure ». En d’autres termes : « Si vous reconnaissiez vos ténèbres et votre besoin d’illumination intérieure, vous seriez comme des gens en recherche, mais lorsque vous dites ‘nous voyons’, vous fermez la porte à toute recherche et à toute écoute, vous prenez votre cécité pour de la lumière ».

Conclusion
Je conclue cette méditation par cet éclairage biblique du CCFD-Terre solidaire : « Le Carême, invite à l’audace : regarder avec le cœur (1 Sam 6), discerner le bien commun, chercher la bonté, la justice, la vérité (Ep 5). »

Lire les articles :
1er dimanche de Carême 2020
2e dimanche de Carême 2020
3e dimanche de Carême 2020

CCFD_Careme4

Documents à télécharger