Prier

Dimanche des Rameaux
5 avril 2020
Le mot du Père Albert

« Le Seigneur mon Dieu m’a donné le langage des disciples, pour que je puisse, d’une parole soutenir celui qui est épuisé » (Is 50,4).

Bien chers paroissiens, paroissiennes, j’aimerais vous rejoindre en ce jour où nous entrons dans la Semaine sainte ! Dans son Message pour la semaine sainte, le Pape François affirme à juste titre que « même si nous sommes isolés, la pensée et l’esprit peuvent aller loin avec la créativité de l’amour ».

Célébrer les grands mystères de notre foi confiné chacun chez soi, seul ou en famille est une souffrance pour tous, mais laissons-nous guider par l’Esprit Saint pour vivre la semaine sainte « qui manifeste et résume le message de l’évangile, celui de l’amour sans limite de Dieu ».

La bénédiction des rameaux est reportée dans notre diocèse au premier dimanche après la fin du confinement, mais la Messe des Rameaux et de la Passion du Seigneur, je la célèbre sans assemblée à l’église Saint-Jacques à 11h à toutes vos intentions, aux intentions de ceux et celles pour qui la Messe est recommandée et les défunts de la semaine. Avec émotion, je pense à toutes les victimes du Coronavirus et leurs proches.

Le dimanche des Rameaux commémore l’entrée de Jésus dans Jérusalem sous les acclamations des foules. C’est un épisode émouvant et paradoxal de la vie de Jésus : en effet, c’est un moment de triomphe mais qui se situe peu de temps avant sa mise à mort. L’Évangile (Mt 21,1-11) proclamé avant la procession, raconte que Jésus décide de faire une entrée solennelle dans la ville de Jérusalem, pour se manifester auprès de la foule comme étant le messie. Il prend pour monture un jeune âne, pour montrer le caractère modeste de sa démarche. Il est alors acclamé par la foule qui agite des rameaux coupés aux arbres et dépose sur son chemin des vêtements en signe de respect et d’amour.

Saint Paul dans sa Lettre aux Philippiens résume d’un trait le sens et la grandeur de cet amour qui ne craint pas la croix : « Le Christ Jésus, ayant la condition de Dieu, ne retint pas jalousement le rang qui l’égalait à Dieu ». En effet, qu’avait-il à se mêler à nos souffrances ? Qu’avait-il à gagner en partageant notre condition humaine ?

En Christ mort et ressuscité, nous n’avons plus de raisons de vivre replier sur nous-mêmes. En ces tristes moments de souffrance mondiale, que nos prières et partages s’ouvrent aux dimensions du monde. Ne passez jamais aucune de vos journées sans avoir pris les nouvelles d’une personne proche ou loin de vous. Nous avons tous les moyens technologiques à notre disposition. Rêvons, innovons, inventons d’autres gestes et moyens de vie communautaire.

Dans notre paroisse ayons une pensée particulière pour ceux et celles qui sont

  • au centre de rééducation de Tréstel,
  • dans nos EHPAD : Les Macareux, Ker Guen de Louannec,
  • dans La Résidence Ty Langastel de Trégastel,
  • dans les foyers logements Louis Adam de Trélévern et celui de Trévou,
  • dans les résidences seniors : les jardins d’Arcadie et Domitys.

Prions pour eux et pour leurs proches.

C’est en étant seul qu’on apprécie la valeur de la vie communautaire et social ; c’est dans la maladie qu’on désire la santé. Continuons d’invoquer Notre Dame de la Clarté afin qu’elle ne cesse de veiller sur nous.

Suivons le Christ dans sa passion jusqu’à la Croix pour avoir part à sa résurrection et à sa vie. Bonne semaine sainte à tous en restant chez vous !

Père Albert
Pour prier pour la fin de la Pandémie
Musique pour le temps de l’Avent
1er dimanche de Carême 2020

Mon Dieu, tu es grand, tu es beau, Dieu vivant, Dieu très haut, tu es le Dieu d’amour ; Mon Dieu, tu es grand, tu es beau, Dieu vivant, Dieu très haut, Dieu présent, en toute création.

Seigneur, tu nous as donné la terre à contempler et à chanter Tu nous as donné la terre à transformer sans la détruire Donne-nous sagesse et cœur pour éviter de gaspiller ses richesses, pour ne pas défigurer sa beauté, pour ne pas en faire un instrument de mort, pour la laisser habitable aux générations futures. Fais de nous des jardiniers pleins d’amour pour la terre que tu nous as donnée. ( Philippe Warnier- Service diocésain des jeunes de Liège)

« Tout paysan a le droit naturel de posséder un lot de terre raisonnable où il puisse établir sa demeure, travailler pour la subsistance de sa famille et avoir la sécurité de l’existence. Ce droit doit être garanti pour que son existence ne soit pas illusoire mais réel.«  » (pape François dans l’article 94 de Laudato Si )

Nombreux sommes-nous à vouloir défendre et développer un monde de respect de la vie et une terre solidaire. La présence, aujourd’hui, de nos frères vivant un handicap et celle de Foi et Lumière concrétise ce que demande notre pape François :

« Quand on ne reconnaît pas, dans la réalité même, la valeur d’un pauvre, d’un embryon humain, d’une personne vivant une situation de handicap - pour prendre seulement quelques exemples - on écoutera difficilement les cris de la nature elle-même. Tout est lié. (Jean-Paul II)_ Laudato Si article 117.

681 projets de solidarité sont soutenus par le CCFD-Terre Solidaire sur la planète, telle la Commission Pastorale de la Terre au Brésil :

Cette commission créée en 1975 pour défendre les paysans et assurer une présence solidaire et fraternelle près des populations rurales est présente en de nombreux diocèses ; malgré la violence des grands propriétaires terriens et de l’industrie agro-alimentaire, elle est engagée dans l’enjeu crucial du partage de la terre et de la protection de l’environnement.

2e dimanche de Carême 2020

Mon Dieu, tu es grand, tu es beau, Dieu vivant, Dieu très haut, tu es le Dieu d’amour ; Mon Dieu, tu es grand, tu es beau, Dieu vivant, Dieu très haut, Dieu présent, en toute création.

Pour lutter durablement contre la faim et l’insécurité alimentaire, une agriculture autre, l’agro-écologie, devient indispensable. Écoutons les paroles du pape François dans Laudato Si :

« Nous savons que le comportement de ceux qui consomment et détruisent toujours davantage n’est pas soutenable tandis que d’autres ne peuvent pas vivre conformément à leur dignité humaine. C’est pourquoi l’heure est venue d’accepter une certaine décroissance dans quelques parties du monde, mettant à disposition des ressources pour une saine croissance en d’autres parties.  » (article 193)

Nous voulons saluer, célébrer les témoins d’espérance dans notre communauté, au quotidien.

Témoins de l’espérance, nous le sommes tous dans nos petites actions de protection de l’environnement, dans nos gestes de tendresse, de présence fraternelle auprès des personnes isolées. Témoins de l’espérance, aussi, les guides de la prière qui accompagnent les familles lors d’un deuil. Témoins d’espérance encore, les personnes engagées dans toutes les actions caritatives. Bref, témoins de l’espérance, nous le sommes TOUS.

Le CCFD- Terre solidaire et d’autres associations s’engagent auprès de partenaires locaux pour mettre en œuvre l’agro-écologie dans le monde, améliorant ainsi la vie des communautés, leur alimentation, la lutte contre le changement climatique, la gestion des ressources.

c’est cela qui se réalise en Birmanie où une fondation développe et accompagne la mobilisation de jeunes bouddhistes très actifs pour la défense de l’environnement et le dialogue inter-religieux et inter-ethnique.

3e dimanche de Carême
14 et 15 mars 2020

Mon Dieu, tu es grand, tu es beau, Dieu vivant, Dieu très haut, tu es le Dieu d’amour ; Mon Dieu, tu es grand, tu es beau, Dieu vivant, Dieu très haut, Dieu présent, en toute création.

Toi, le différent, Dieu Tout-Autre, nous te remercions pour nos différences. Tu les as créées pour notre joie, hommes et femmes, de peaux, de cultures, de religions, de savoirs, de conditions et de convictions aux couleurs multiples et changeantes faites pour la découverte et l’étonnement. Ouvre nos cœurs et nos intelligences à leurs beautés. Fais-nous la grâce d’y découvrir notre unité. Amen. (portstnicolas.org)

Hélas, les inégalités entre les humains se creusent. Le pape François, après avoir affirmé que « nous et tous les êtres de l’univers sommes unis par des liens invisibles » insiste sur cette anomalie :

«  Les énormes inégalités qui existent entre nous devraient nous exaspérer particulièrement, parce que nous continuons à tolérer que les uns se considèrent plus dignes que les autres. … Nous continuons à admettre en pratique que les uns se sentent plus humains que les autres comme s’ils étaient nés avec de plus grands droits. » (Laudato Si,article 90)

Dans notre société, chez nous , une prise de conscience émerge et nous voulons être des témoins de l’espérance ; dans ce monde qui frémit, nous serons lumière, sel et semence.

Dans l’ombre, sans les projecteurs des médias, Secours Catholique, conférence Saint Vincent de Paul, Croix-Rouge, CCAS, Point d’Appui, et nombre de personnes discrètes accompagnent des personnes en grande précarité et plus particulièrement des femmes seules. Et nous, quelle place accordons-nous à chacun et chacune d’entre nous ?

Ce qui est vrai chez nous est encore plus flagrant dans de nombreux pays dans lesquels les droits des femmes ne sont pas respectés. Pourtant paysannes privées de l’accès à la terre, elles travaillent dans les champs, veillent à nourrir toute la famille, transmettent les bonnes pratiques agricoles, fabriquent des produits naturels qu’elles valorisent, et préservent l’environnement.

De nombreuses actions sont soutenues par des groupements de femmes, et le CCFD Terre Solidaire les accompagne, au Congo, en Afrique du Sud, au Burundi, en donnant voix aux agricultrices, en encourageant les hommes à prendre conscience des actions de ces femmes et de la manière dont ils les traitent. C’est une longue marche vers l’égalité homme-femme !

Lire les articles : 1er dimanche de Carême 2020 - 2e dimanche de Carême 2020

Documents à télécharger

4e dimanche de Carême 22 mars 2020 et Méditation proposée par le père Albert Wanso

« Le monde a une grave dette sociale envers les pauvres qui n’ont pas accès à l’eau potable, parce que c’est leur nier le droit à la vie, enraciné dans leur dignité inaliénable ». Laudato Si §30

En ce quatrième dimanche de Carême, nous sommes invités à prendre conscience d’un droit humain fondamental et universel : l’accès à l’eau potable.

Que faisons-nous de ce trésor de la création qu’est l’eau ?

Que Dieu nous fasse miséricorde.

Pour commencer ce temps de méditation : Psaume de la Création

Savons-nous que 2 milliards d’êtres humains sont toujours privés d’eau ? Peut-on accepter que des entreprises minières ou agro-alimentaires accaparent toute l’eau disponible ? Ecoutons la parole du pape François :

« En réalité, l’accès à l’eau potable et sûre est un droit humain primordial, fondamental et universel, parce qu’il détermine la survie des personnes, et par conséquent il est une condition pour l’exercice des autres droits humains…. Certaines études ont alerté sur la possibilité de souffrir d’une pénurie aiguë d’eau dans quelques décennies, si on n’agit pas en urgence. Les impacts sur l’environnement pourraient affecter des milliers de millions de personnes, et il est prévisible que le contrôle de l’eau par de grandes entreprises mondiales deviendra l’une des principales sources de conflits de ce siècle ». Laudato Si §30 & 31

Chant : Ecoute la voix du Seigneur

Ecoute la voix du Seigneur

Prête l’oreille de ton cœur

Tu entendras que Dieu fais grâce

Tu entendras l’Esprit d’audace

R// : Toi qui aimes la vie, Ô toi qui veux le bonheur,

Réponds en fidèle ouvrier de sa très douce volonté

Réponds en fidèle ouvrier de l’Évangile et de sa paix

Ecoute la voix du Seigneur

Prête l’oreille de ton cœur

Tu entendras crier les pauvres

Tu entendras gémir ce monde. R//

Evitons de nous culpabiliser. Au quotidien, chacun de nous, dans la mesure de sa prise de conscience, essaie d’être acteur d’une consommation modérée d’eau, d’alimentation, d’énergie, ou de transport… Ne méprisons pas ces petites choses, dit le pape, mais l’éducation pour l’alliance entre l’humanité et l’environnement reste à faire. Ecoutons-le :

« Un effort de sensibilisation de la population incombe à la politique et aux diverses associations. À l’Église également. Toutes les communautés chrétiennes ont un rôle important à jouer dans cette éducation ». Laudato Si §214

Dans le monde, le contrôle de l’eau deviendra l’une des principales sources de conflit de ce siècle. Saluons l’association ‘Nomad08’ créée en 2012 par des jeunes du bassin minier tunisien dans le sud-ouest du pays : Depuis sa création, de nombreux projets ont été mis en place, le principal étant la création de l’Observatoire tunisien de l’eau en 2016, aujourd’hui l’entité la plus connue en Tunisie pour la défense du droit d’accès à cette ressource… L’objectif est d’améliorer l’accès des communautés rurales et urbaines aux services d’eau et d’assainissement.

Nous serons témoins de l’espérance Dans ce monde qui frémit Dans le monde d’aujourd’hui Nous serons lumière, sel et semence

Prions pour notre terre Pape François Laudato Si

Méditation pour le 4è dimanche de carême en lien avec le CCFD
Par le père Albert Wanso

4e dimanche du Carême de l’Année liturgique A - 1 Sam. 16, 1b.6-7.10-13a Ps 22, Ep. 5, 8-14, Jn 9, 1-41
Déjà deux dimanches sans ecclesia, l’assemblée du Seigneur ! Que cela est dur ! Mais Dieu nous rejoint par sa Parole.
En ce 4e dimanche du Carême, la liturgie de la parole continue de nous proposer une catéchèse sur le baptême. Elle oriente notre attention vers le baptême qui sera célébré à Pâques, même si nous n’en aurons pas dans notre paroisse.
Nous lisons le miracle de la guérison de l’aveugle-né dont le récit est très coloré et très théâtral. Comme tous les miracles de Jésus celui-ci est un signe. Le récit est très détaillé et assez long. https://www.aelf.org/bible/Jn/9

I – Le contexte de l’action : des ténèbres à la lumière
L’aveugle-né enfermé dans sa cécité depuis sa naissance représente l’humanité refermée sur elle-même par le mal et par le péché d’Adam.
Jésus vient ouvrir les yeux du cœur. Ainsi, le baptisé passe de la cécité intérieure à la lumière intérieure de l’amour de Dieu. Nous sommes invités à : « Sortir de nos ténèbres et laisser entrer la lumière du Christ en nous ».
Profitons de ce temps de confinement imposé pour nous nourrir de la parole de Dieu au quotidien.

II – La scène
Revenons à l’aveugle-né. Comment l’aveugle-né retrouve-t-il la vue ?
Par des gestes que Jésus fait et des paroles qu’il dit. Jésus fait de la boue, il la met sur les yeux de l’aveugle et il lui dit « Va te laver à la piscine de Siloé. » L’aveugle se laisse appliquer la boue sur les yeux et il entend les paroles de Jésus.
Une fois sa vision retrouvée, l’aveugle-né est confronté à l’incrédulité des autorités : les pharisiens qui le questionnent et ne croient pas à son témoignage.

III - L ’illumination de la foi
La foi n’est pas d’abord un ensemble de dogmes et de vérités à croire (bien qu’elle en contienne plusieurs), mais, avant tout, elle est la rencontre et l’adhésion à une personne à qui je fais confiance totalement. Cette personne c’est Jésus. Il l’affirme clairement au début de cet évangile lorsqu’il dit « aussi longtemps que je suis dans le monde, je suis la lumière du monde » (verset 5).
Que faisons-nous de cette lumière, de cette « illumination » ?
Nous sommes renvoyés à notre liberté reçue de Dieu dans sa création de l’humanité. C’est grâce à un choix libre accessible à tous et à toutes que nous pouvons recevoir la lumière, Les pharisiens ont refusé Jésus et ils sont carrément condamnés. « Serions-nous aveugles, nous aussi ? » demandent-ils à Jésus. Et Jésus leur répond : « Si vous étiez aveugles, vous n’auriez pas de péché ; mais du moment que vous dites : “Nous voyons !”, votre péché demeure ». En d’autres termes : « Si vous reconnaissiez vos ténèbres et votre besoin d’illumination intérieure, vous seriez comme des gens en recherche, mais lorsque vous dites ‘nous voyons’, vous fermez la porte à toute recherche et à toute écoute, vous prenez votre cécité pour de la lumière ».

Conclusion
Je conclue cette méditation par cet éclairage biblique du CCFD-Terre solidaire : « Le Carême, invite à l’audace : regarder avec le cœur (1 Sam 6), discerner le bien commun, chercher la bonté, la justice, la vérité (Ep 5). »

Lire les articles :
1er dimanche de Carême 2020
2e dimanche de Carême 2020
3e dimanche de Carême 2020

CCFD_Careme4

Documents à télécharger

5e dimanche de Carême

Mon Dieu, tu es grand, tu es beau,

Dieu vivant, Dieu très haut,

tu es le Dieu d’amour …

Commençons notre méditation en chantant le cantique de la Création :

5 - Par cette main tendue qui invite à la danse

Par ce baiser jailli d’un élan d’espérance

Par ce regard d’amour qui relève et réchauffe

Par le pain et le vin, je veux crier :

R/ Mon Dieu, tu es grand, tu es beau,

Dieu vivant, Dieu très haut, tu es le Dieu d’amour ;

Mon Dieu, tu es grand, tu es beau,

Dieu vivant, Dieu très haut,

Dieu présent, en toute création.

Durant les 4 dimanches de Carême, avec le pape François dans l’encyclique Laudato Si, nous avons été invités à prendre conscience des dangers qui menacent la création et plus particulièrement la vie des plus vulnérables. Ré-écoutons l’appel à la conversion écologique qu’il nous adresse :

« Vivre la vocation de protecteurs de l’œuvre de Dieu est une part essentielle d’une existence vertueuse ; cela n’est pas quelque chose d’optionnel ni un aspect secondaire dans l’expérience chrétienne. » (Laudato Si §217)

Chant refrain : « Ô Seigneur, envoie ton esprit qui renouvelle la face de la terre  »

Durant les 4 dimanches précédents, avec le père Albert et l’équipe d’animation paroissiale, des paroissiens de sensibilités diverses ont réalisé une marche commune vers Pâques : Foi et Lumière, Secours Catholique, équipes de la prière des obsèques, conférence St Vincent de Paul, équipes liturgiques, CCFD Terre Solidaire. Notre communauté a modifié ses habitudes pour réfléchir et créer ensemble : belle occasion d’approfondir des liens et de mieux prendre en compte l’importance et la complémentarité de nos engagements respectifs.

Rendons grâces à Dieu pour cette avancée commune.

Durant ces dimanches, il nous a été proposé de nous ouvrir à une communion universelle.

« Créés par le même Père, nous et tous les êtres de l’univers, sommes unis par des liens invisibles, et formons une sorte de famille universelle, une communion sublime qui nous pousse à un respect sacré, tendre et humble.  » (Laudato Si §89)

Les évêques de France ont mandaté le CCFD-Terre Solidaire

• pour exprimer les attentes et les besoins de populations souffrant de la faim ou de malnutrition

• pour les accompagner dans leur développement

• pour être visage d’Église, œuvrant pour la justice et pour la paix dans le monde.

En ce carême de partage, notre don nous rend acteurs de cette solidarité.

https://soutenir.ccfd-terresolidaire.org/b/mon-don?msclkid=bec36677427917fc135b38033c260ac1&utm_source=bing&utm_medium=cpc&utm_campaign=HG+-+Don+CCFD+-+Careme&utm_term=ccfd&utm_content=Don+-+CCFD

Lire les articles :
1er dimanche de Carême 2020
2e dimanche de Carême 2020
3e dimanche de Carême 2020
4e dimanche de Carême 2020

5e dimanche de Carême (2019)

« Devenons semeurs d’Espérance »

ÉCOUTER L’APPEL DU SEIGNEUR

Jésus resta seul avec la femme toujours là au milieu. Il se redressa et lui demanda : « Femme, où sont-ils donc ? Personne ne t’a condamnée ? » Elle répondit : « Personne, Seigneur. » Et Jésus lui dit : « Moi non plus, je ne te condamne pas. Va, et désormais ne pèche plus. »

Jean 8, 1-11

Christ n’a pas de mains, il n’a que nos mains pour faire son travail aujourd’hui.
Christ n’a pas de pieds, il n’a que nos pieds pour conduire les hommes sur son chemin.
Christ n’a pas de lèvres, il n’a que nos lèvres pour parler de lui aux hommes.
Christ n’a pas d’aides, il n’a que notre aide pour mettre les hommes à ses côtés.
Nous sommes la seule Bible que le public lit encore.
Nous sommes le dernier message de Dieu écrit en actes et en paroles.
Anonyme allemand du XIVe siècle

Documents à télécharger

4e dimanche de Carême (2019)

« Devenons semeurs d’Humanité »

CHERCHER UN CHEMIN DE CONVERSION POUR AGIR AVEC AMOUR ET JUSTICE.

  • Est-ce facile ou non, pour moi, de remettre en question l’ordre social lorsqu’il laisse pour compte une partie des habitants de la terre ?
  • Qu’est-ce qui me fait peur ?
  • Comment vais-je œuvrer à plus de dignité de chaque être humain ?

Moi, dit Dieu, je crois en l’homme Je sais que ça vous étonne, ça étonne tout le monde ça m’étonne même un peu parfois. Pourtant c’est ma profession de foi, de toute éternité. Vous, les hommes, vous croyez en Dieu, un peu. Moi, dit Dieu, je crois en l’homme, beaucoup. Je suis un Dieu qui croit en l’homme, et c’est pour ça que j’ai inventé Noël…

Documents à télécharger

0 | 10