Messes et Annonces de la semaine

Sixième dimanche de Pâques,
Homélie de Christian Cantegrit, diacre, 17 mai 2020

HOMÉLIE DU sixième DIMANCHE DE PÂQUES.
Suite du saint Évangile de notre Seigneur Jésus-Christ selon Saint Jean (XIV, 15-21).

Toutes les lectures

Dimanche 17 mai 2020

Frères et sœurs, dans l’évangile de ce dimanche, Jésus anticipe, prend une avance sur ce sentiment d’abandon que pourraient éprouver ses disciples. Jésus est en effet sur le point de quitter ses chers disciples mais il ne les laissera pas orphelins. Il va leur envoyer une personne divine pour les consoler, les soutenir et leur venir en aide. C’est l’Esprit Saint qui sera non seulement avec les croyants mais aussi en eux pour les instruire.

Cet évangile est en fait un extrait du long discours d’adieu de Jésus. Cet extrait peut se résumer ainsi : par mon départ physique, je ne serai plus au milieu de vous mais vous ne vous sentirez pas orphelins, seuls abandonnés dans la mesure où vous continuerez à vous ouvrir à l’esprit de vérité et d’amour qui a marqué ma vie ; alors vous ferez l’expérience d’une forme de présence qui sera source de vie en vous.

Jésus fait donc une promesse fondamentale à ses disciples. Il va leur donner ce à quoi ils n’auraient jamais pensé, un consolateur qui sera toujours avec eux

Ce consolateur nous est aussi, bien évidemment, donné à nous, il est celui qui se tient près de nous, qui parle pour nous et qui nous conseille dans la marche à suivre en nous rappelant des instructions déjà reçues. Comme un avocat il nous aide à comprendre ce que dit le juge et il nous guide dans la manière de nous adresser au juge.

Jésus identifie ce consolateur comme l’Esprit de vérité et il le met en contraste avec l’esprit de l’erreur et du mensonge qui règne dans le monde. Jésus dit en fait aux disciples qu’il est la Vérité et celui qu’il demande au père est bien l’Esprit de vérité car il est toujours conforme à la Parole révélée.

Ce consolateur n’a rien à voir avec les gens du monde, le monde ne peut le recevoir ; le monde ne le voit point mais le disciple lui le connaît parce que l’Esprit Saint vit en lui.

Frères et sœurs, Jésus fait ainsi plusieurs promesses à ses disciples et à tous ceux qui le suivront :

1re promesse : celle du don de l’Esprit de Dieu … Afin de nous assister dans notre vie et nous aider à surmonter les obstacles. Il va donc nous éclairer et nous aider sur le chemin de nos vies.

2e promesse : celle de la présence de Jésus Christ … Ainsi par l’Esprit Saint, Jésus-Christ fait sa demeure en chacun, chacune de nous, il habite en nous, participe à notre vie, nous transforme en profondeur et change notre façon d’être.

3e promesse : celle de la vie en Jésus-Christ … Ainsi la foi est l’œuvre de Dieu en nous et nous pouvons la vivre pleinement et librement, n’est-ce pas merveilleux, en effet, de savoir que notre foi c’est avant tout voir le Christ vivant dans notre vie ? Nous lions ainsi notre vie à la sienne.

Ainsi frères et sœurs, en ce 6e dimanche de Pâques, Jésus nous réconforte avant son départ, il nous rassure sur la suite en nous faisant ces trois promesses, celle de l’Esprit, celle de sa présence et celle de sa vie .. . Trois promesses qu’il encadre par une quatrième : celle de l’amour qui surpasse les trois autres. Finalement il nous fait la plus belle promesse qui puisse exister : celle de l’amour divin !

Soyons rassurés donc assurés que cet Esprit qui nous est donné peut nous conduire, nous aider à discerner, à faire des choix de vie imprimé par l’Ecriture. Il est avec nous et il ne cesse de nous indiquer le lieu du passage pour recevoir la véritable marque, le véritable sceau du divin dans notre humanité. L’Esprit à la capacité de faire naître autre chose. C’est cette naissance à autre chose que nous indique Jésus ce matin.

A toi la gloire ô ressuscité, à toi la victoire pour l’éternité !

Christian Cantegrit
(Crédit photo : Thomas Devinc)
Cinquième dimanche de Pâques,
Homélie du Père Albert, 10 mai 2020

HOMÉLIE DU Cinquième DIMANCHE DE PÂQUES.
Suite du saint Évangile de notre Seigneur Jésus-Christ selon Saint Jean (XIV, 1-12).

Toutes les lectures

Dimanche 10 mai 2020

Act.6, 1-7 ; Ps 32 ; 1 Pi. 2, 4-9 ; Jn 14, 1-12

Bien chers Frères et Sœurs, bonjour !

Nous continuons notre marche de foi dans ces circonstances imposées par la pandémie. Confinés depuis le 15 mars, nous ressentons une profonde lassitude, pour les uns, une grande colère pour les autres et surtout une grande inquiétude. Nous voulons être libérés du confinement, mais aussi, nous avons peur de la contamination du virus, peur de la vie en société. Nous sommes bouleversés.

Les textes liturgiques de ce dimanche s’inscrivent dans la droite ligne de cet état d’esprit.

Le contexte de l’évangile proposé à notre méditation est celui du Jeudi Saint et on peut supposer la foi encore bien chancelante des apôtres, le climat lourd et pesant qui accompagne pourtant le soir où ils font leur première communion. Jésus les voit bouleversés.
Il y a eu la trahison de Judas et Jésus vient leur annoncer son départ de ce monde vers une destination inconnue. Vraiment pas de quoi faire la fête ! Et pourtant Il va les rassurer et leur donner, nous donner des raisons d’espérer et de croire quand tout bascule : « que votre cœur ne soit pas bouleversé vous croyez en Dieu, croyez aussi en Moi » ; « Moi, Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ». C’est un message plein d’espérance.

Au moment où s’écrit l’évangile de Jean, soixante ans après les événements, les communautés chrétiennes étaient aussi bouleversées. Les chrétiens, en Palestine, au Proche-Orient et ailleurs, avaient beaucoup souffert, ils avaient subi les attaques persistantes de milieux juifs, ils avaient enduré les persécutions du pouvoir romain. Légitimement ils se demandaient si la foi en Jésus servait à quelque chose et si le Christ ne les avait pas conduits à une impasse.

Oui, nous pouvons risquer notre existence derrière Jésus, dans la recherche quotidienne et obstinée de l’amour. Affection, tendresse, dévouement à nos proches, attention aux plus petits, combat pour la justice, lutte pour le partage des biens.

Revenons à la première lecture qui souligne un problème de cohabitation entre les frères de langue grecque et ceux de langue hébraïque ; un problème qui met en relief, l’inégalité flagrante dans les secours portés quotidiennement aux veuves qu’affronte l’Église naissante.
Remarquons surtout la résolution :
Les apôtres convoquent toute l’assemblée des disciples et c’est en assemblée plénière que la décision sera prise. En plénière, notons qu’ils rappellent que l’apostolat (prière) doit toujours tenir compte de la diaconie (service de table) et de la charité (partage).
Il y a donc là un fonctionnement traditionnel de l’Église… Il faudrait sûrement tendre à le retrouver.

La vie éternelle n’est pas une vie qui ne commencerait qu’après la mort. C’est aujourd’hui, c’est maintenant qu’il faut suivre le Christ, vivre de sa vie, s’accrocher à ses pas. C’est aujourd’hui qu’il faut bâtir, édifier comme une esquisse, un avant-goût du royaume à venir.

C’est notre façon d’aimer ici-bas, aujourd’hui qui sera agrandie, accomplie.

Dieu n’est pas ailleurs que dans la vie des hommes et des femmes, dans la vie humaine des pauvres que nous sommes tous. Voilà le Dieu révélé par Jésus Christ et auquel nous essayons de croire même dans les heures les plus sombres de nos existences. Un Dieu qui accomplit des œuvres de miséricorde, de pardon et d’amour. Un Dieu qui établit la dignité de toute personne, qui rétablit la solidarité et qui libère de tout ce qui nous alourdit et nous entrave.

C’est là le visage d’un Dieu très déconcertant et non d’un Dieu omnipotent et sévère. Dieu est au cœur de nos actions quand elles sont profondément humaines, dans la simplicité et la banalité de nos vies et de notre quotidien. Ici et maintenant. Nous sommes les signes de la présence agissante du Christ dans l’Église d’aujourd’hui. Comme la communauté dans la 1re lecture, nous ne devons pas avoir peur de nous adapter aux circonstances, aux situations, aux réalités. « Celui qui croit en moi, dit Jésus, fera les œuvres que je fais. Il en fera même de plus grandes, parce que je pars vers le Père ».

Notre Dame de la Clarté,
nous sommes dans l’épreuve,
Viens nous visiter.
De tous les dangers du monde,
Viens nous délivrer.
Père Albert
Quatrième dimanche de Pâques,
Homélie du Père Albert, 3 mai 2020
Dimanche 3 mai 2020

Homélie pour le 4e dimanche de Pâques
Act. 2, 14.36-41 -/- Ps. 22 -/- 1P. 2, 20-25 -/- Jn. 10,1-10

Sœurs et Frères en Christ, mort et ressuscité, bonjour !

Nous sommes rendus au 4e dimanche du temps de Pâques toujours confinés. Ce dimanche est traditionnellement appelé dimanche du bon Pasteur ; il est consacré à la prière pour les vocations. Très souvent, on pense qu’il s’agit de prier seulement pour les vocations sacerdotales et religieuses ; loin de là, bien qu’elles soient importantes pour l’Église.

Bien sûr que nous sommes invités à prier de façon intense, pour tous ceux et celles qui d’une manière ou d’une autre, sont à la suite du Christ et veulent s’y consacrer dans les différents états de vie, que ce soit dans le mariage ou dans la vie consacrée. Mais la vocation, du latin vocare, est avant tout un appel de Dieu à la vie et « la vie en abondance » (Jn 10, 10). Le Catéchisme de l’Église Catholique affirme clairement que le Baptême, la Confirmation et l’Eucharistie « fondent la vocation commune de tous les disciples du Christ, vocation à la sainteté et à la mission d’évangéliser le monde » (CEC 1533).

« A présent vous êtes retournés vers votre berger, le gardien de vos âmes » (1 P2,25).

Aujourd’hui, en effet nous sommes appelés à reconnaître la voix du bon Berger parmi les vains bruits de la terre. Depuis 47 jours, nous sommes, encore plus, mis devant cette réalité de choix. Vivre en communion intime avec le Christ sans la dimension communautaire heurte la sensibilité de plus d’un chrétien.
Certains pensent que l’Église devrait réclamer plus de liberté en ce moment de dure épreuve que traverse le monde. Mais la voix du Berger, du bon Pasteur c’est la voix de l’amour, de la patience et de la paix. Saint Augustin disait « Aime et fais ce que tu veux » :
« Ce court précepte t’est donné une fois pour toutes : Aime et fais ce que tu veux. Si tu te tais, tais-toi par Amour, si tu parles, parle par Amour, si tu corriges, corrige par Amour, si tu pardonnes, pardonne par Amour. Aie au fond du cœur la racine de l’Amour : de cette racine, rien ne peut sortir de mauvais ».

Saint Pierre, dans sa première lettre qui nous est proposé ce dimanche, nous exhorte à l’humilité profonde : « si vous supportez la souffrance pour avoir fait le bien, c’est une grâce aux yeux de Dieu. […].
Insulté, il ne rendait pas l’insulte » (v. 23).

A travers cet appel, c’est vraiment Dieu qui lance un appel à tout son peuple, et à nous en particulier, de le suivre, c’est-à-dire de rentrer dans une dimension d’un don, et d’un don de nous-mêmes et d’un don pour toujours.
Le Seigneur est notre Berger, rien ne saurait nous manquer. Il nous conduit par le juste chemin.
Avec le Christ nous sommes intérieurement libres. Notre vocation est d’être des signes de sa miséricorde.

La fécondité de la vie dans un amour désintéressé

La fécondité de toute vie est dans cet amour désintéressé que je porte à l’autre, que je porte à l’autre qui est dans mon couple, que je porte à mes enfants, que je porte à mes frères de communauté, à ceux dont j’ai la charge comme prêtre dans une paroisse. « Lorsque la charité mutuelle et la louange unanime de la Très Sainte Trinité nous font communier les uns aux autres, nous répondons à la vocation profonde de l’Église » (CEC 959).

Sœurs et Frères, je pense que c’est le moment -la dimension contemplative en tout cas nous y invite- de nous recentrer sur le Seigneur, de chasser toute forme de pensée, toute forme d’agitation, on le sait bien le monde agit par distraction, Dieu lui agit par attraction, toutes ces forces centrifuges qui peuvent nous habiter ne nous aident pas et nous éloignent de nous-mêmes, quelle que soit la vocation à laquelle nous sommes appelés.
Toute vocation a aussi une dimension contemplative. Amen !

Père Albert
Prière pour les Vocations
Seigneur Jésus, aujourd’hui comme hier,
tu ne cesses d’appeler des jeunes
et des adultes de tous âges à te suivre.
Entends nos communautés chrétiennes
qui te prient avec confiance pour les vocations.
Éclaire, fortifie et soutiens ceux que tu appelles
à t’aimer et à te consacrer leur vie
pour le service des autres
et pour l’annonce de ton évangile.
Nous te le demandons
à toi qui es vivant pour les siècles des siècles !
AMEN
Troisième dimanche de Pâques, Homélie du Père Albert,
26 avril 2020

HOMÉLIE DU TROISIÈME DIMANCHE DE PÂQUES.

Évangile de Jésus-Christ selon St Luc : 24 (13-35).

Autres liens pour lire l’Évangile : https://www.vaticannews.va/fr/evangile-du-jour.html
Association Épiscopale Liturgique pour les pays Francophones
l’Évangile au Quotidien

Homélie du 3e dimanche de Pâques de l’année liturgique A
Ac 2, 14.22b-33 / Ps 15 / 1 p 1, 17-21 / Lc 24, 13-35

Frères et Sœurs, bonjour !

Le troisième dimanche de Pâques, comme chaque année, nous donne à méditer la belle page de l’Évangile selon saint Luc. Une catéchèse toute faite sur l’importance de la Parole de Dieu, L’Eucharistie et la joie de la mission.

L’évangéliste situe son récit juste le matin de Pâques où se vit un découragement, une certaine déception, des questionnements et aussi de la peur.

Deux disciples quittent Jérusalem pour rentrer chez eux. Ils avaient tout abandonné pour suivre Jésus. Ils avaient mis toute leur espérance en lui. Et voilà que le fondement de leur foi s’effondre. Jésus est arrêté, condamné et mis à mort sur une croix. Alors les deux disciples s’en retournent à la maison. Mais, « Jésus s’approche et marche avec eux. » C’est une approche discrète, en forme d’accompagnement. Il écoute les disciples attentivement et les laisse « vider leur sac ». C’est important pour eux de pouvoir dire toute leur tristesse. Jésus marche avec eux, à leur pas.

Tout comme les disciples, les deux d’Emmaüs en l’occurrence aujourd’hui, nous connaissons des situations douloureuses ; ici et ailleurs, nous sommes sous le joug d’un virus. Le même Christ nous rejoint dans nos lieux de confinement ; il est là, au cœur de nos vies. Cette rencontre est possible quand j’aide l’autre, quand je l’écoute avec respect et lui laisse le temps de raconter son histoire, ses angoisses, sa lassitude.

C’est alors qu’intervient le deuxième partage, celui de la Parole. Sur la route, Jésus prend le temps d’expliquer aux deux disciples, toutes les Écritures, Moïse, les prophètes. Il leur fait comprendre que tous ces textes parlaient de lui. Et il ajoute : « Il fallait que le Christ souffrît tout cela pour entrer dans la gloire du Père. » Il fallait que l’amour de Jésus aille jusque-là pour que nous comprenions, que nous croyons que nous sommes aimés.

C’est en prenant le temps de ce partage de la Parole que nous comprenons tout cela. Prenons le temps en famille d’écouter les questions que chacun porte. Et expliquons-nous les uns aux autres pourquoi ce texte nous rejoint. Alors, notre vie est en lien avec les paroles du Seigneur. Nous vivons ou nous rencontrons autour de nous des problèmes douloureux, la maladie d’un proche, la violence, l’exclusion. Mais avec la lumière de Pâques, nous découvrons que nous sommes passionnément aimés. Ce partage nous fait chaud au cœur. Dans nos nuits nous ne serons plus seuls.

Maintenant, les deux disciples sont arrivés dans leur village d’Emmaüs. L’étranger qui marche avec eux continue la route. Mais les disciples lui demandent de passer la nuit avec eux. Au moment du repas, c’est Jésus qui prend le pain, le bénit et le partage devant eux. Alors, leurs yeux s’ouvrent et ils le reconnaissent. C’est de la table de l’Eucharistie qu’il s’agit. En ce dimanche nous n’avons pas la joie d’y prendre part, mais nous devons reconnaitre le Ressuscité dans la présence du frère, de la sœur, de l’époux et de l’épouse ; du médecin traitant ou du malade… et de devenir témoins de sa résurrection. Nous sommes appelés à une vraie solidarité avec tous ceux qui nous entourent, spécialement les plus pauvres. Nous disciples du Christ, nous devons être là, présents. Quand nous partageons avec celui qui a faim, quand nous accompagnons les blessés de la vie, ce sont des signes forts qui font reconnaître le Christ vivant aujourd’hui dans le monde.

Rappelons-nous qu’à la fin de chaque célébration, nous sommes envoyés pour témoigner simplement de notre foi et de notre espérance. L’apôtre Pierre nous redit que nous avons été « rachetés par un sang précieux, celui d’un agneau sans tache, le Christ ». Il est vraiment ressuscité ; il est vivant au milieu de nous. Alléluia !

Père Albert

Documents à télécharger

Deuxième dimanche de Pâques, Homélie par Christian Cantegrit, diacre 19 avril 2020

HOMÉLIE DU DEUXIÈME DIMANCHE DE PÂQUES.

Évangile de Jésus-Christ selon St Jean : 20 (19-31).

Autre lien pour lire l’Évangile :
Association Épiscopale Liturgique pour les pays Francophones

Il y a une semaine, nous fêtions Pâques. Le récit d’aujourd’hui commence le jour de Pâque justement. Le matin, Marie de Magdala, Pierre et Jean ont vu un tombeau vide. De Jean, il nous est dit qu’il avait cru et de Marie qu’elle avait eu une apparition de Jésus. Ont-ils réussi à convaincre les autres disciples ? Il semblerait bien que non !

De toute façon, les disciples semblent avoir une tout autre préoccupation, assurer leur propre sécurité car ils ont peur d’être inquiétés. Si l’on a tué Jésus pourquoi ne tuerait-on pas aussi ses disciples ? Alors ils ne quittent plus la maison qu’ils occupent et s’y enferment à double tour … Comme si la disparition de Jésus allait les laisser indéfiniment dans la nuit. Mais dans cet enfermement, où personne ne peut plus les rejoindre, Jésus leur apparaît !

Jésus n’est pourtant pas un passe-muraille et l’Evangile ne nous dit pas qu’il a traversé les murs, Il nous dit tout simplement qu’il s’est rendu présent d’une manière inhabituelle. Ainsi, après la résurrection, l’Ecriture nous montre que Jésus ne se montre toujours qu’à des croyants et ses apparitions ne se donnent plus à voir comme des faits objectifs mais bien comme des manifestations de la foi des disciples.

Cette apparition de Jésus en cette soirée est bien une manifestation de la foi des premiers croyants et elle est porteuse de sens car elle a une signification spirituelle. La raison de cette présence de Jésus parmi eux c’est la Parole qu’il leur adresse : « La paix soit avec vous ! ».

Derrière cette salutation banale se révèle pourtant une annonce essentielle, l’annonce de la paix qui reste l’essence même du message de l’Ecriture. Et pour bien en confirmer la portée, Jésus la prononce deux fois ! Et il envoie ses disciples en mission, ce qui signifie qu’il fait souffler sur eux l’Esprit Saint et qu’il leur donne le pouvoir de remettre les péchés, c’est à dire d’annoncer eux-mêmes, aux autres, cette paix de Dieu.

Le sens de cette apparition c’est donc bien, par le Saint Esprit, l’envoi des disciples en mission pour qu’ils annoncent le message libérateur de l’Evangile.

Cette apparition nous dit encore une chose importante car le moment où elle se produit est capital, c’est le dimanche, le premier jour de la semaine, c’est le jour devenu celui du Seigneur, celui du rassemblement hebdomadaire de toute la communauté chrétienne.

Donc, tous les dimanches, lors du rassemblement à l’occasion de la messe, Jésus se rend présent à nous comme lors de ce premier soir qui a suivi sa passion ! Quelle magnifique manière de constater que depuis le jour de sa résurrection il revient régulièrement au milieu de nous pour nous aimer encore et toujours davantage !

Huit jours plus tard, au passage, (ce chiffre n’est pas anodin puisque c’est le chiffre de la plénitude, de la vie nouvelle et de la résurrection), alors que Thomas est parmi le groupe, Jésus apparaît de nouveau et cette fois en portant les traces des clous, (ce qui authentifie le lien entre la crucifixion et la résurrection), pour la troisième fois, il répète la salutation : « la paix soit avec vous ! » et dès qu’il entend cette parole, Thomas n’a plus besoin de preuve et il confesse Jésus comme son Seigneur et son Dieu à égalité avec les autres disciples.

Nous sommes tous dans la situation de Thomas, nous n’avons jamais vu le ressuscité. Thomas en quelques sorte personnifie les croyants des générations à venir et nous sommes les disciples de ces générations. Nous ne cherchons pas des preuves, nous n’avons pas vu mais nous avons cru et comme Thomas, nous sommes sur un pied d’égalité avec les premiers disciples.

Comme Jésus a pu rejoindre les disciples dans leur maison verrouillée, il peut nous rejoindre dans nos enfermements et nous faire entrer dans la liberté.

Et de fait, comme pour les disciples, Jésus, par le Saint Esprit, nous envoie nous aussi en mission pour annoncer le message que nous avons nous-mêmes reçu, le message libérateur de l’Évangile et les lieux les plus appropriés pour le faire restent bien en premier lieu, nos rassemblements liturgiques.

CROIRE sans VOIR, voilà le défi auquel nous appelle cet Evangile … Et pourtant nous en sommes capables … En ces jours difficiles, nous sommes bien tous entrain de croire en un virus que personne ne voit ! Alors est-ce si difficile de croire en quelque chose d’infiniment plus haut et plus merveilleux ; l’amour infini de notre Seigneur Jésus Christ …

A toi la gloire ô ressuscité ! À toi la victoire pour l’éternité !

Christian CANTEGRIT
Célébrer la Semaine Sainte 2020
+ homélies du Père Albert :
Rameaux, Jeudi Saint, Veillée Pascale, Pâques
La semaine Sainte 2020 va être célébrée de manière différente cette année,
mais elle le sera chez vous, seul(e) ou en famille.

Pour vous aider et être en communion avec ce qui est proposé au niveau national et diocésain et vécu localement (voir "informations complémentaires"), vous trouverez ci-dessous trois documents.

  • « Avril 2020 Célébrer la Semaine Sainte - paroisse Perros-Guirec ».
  • « Propositions de célébrations à domicile ».
  • « Recevoir le Pardon de Dieu dans la situation exceptionnelle de Pandémie du Coronavirus ».
  • « Avril 2020 Célébrer la Semaine Sainte - paroisse Perros-Guirec ».
    Vous y trouverez un récapitulatif de toutes les célébrations de la semaine Sainte proposées au niveau national ou diocésain via la radio, la télévision et internet.
    Dans de petits encadrés gris, est noté l’heure à laquelle le Père Albert célébrera, lui aussi, la messe, sans assemblée, afin que nous soyons tous en communion par la prière et la lecture de la Parole avec lui.
  • « Propositions de célébrations à domicile ». Un document de 37 pages édité par le Conseil des Évêques de France (à télécharger au bas de cette page).
    • page 1 : introduction et conseil pratique
    • pages 2et 3 : déroulement pour le dimanche des Rameaux et de la Passion
    • pages 4 à 18 : lundi, mardi et mercredi Saint avec un accompagnement pour les 14 stations du chemin de croix.
    • Pages19 à 36 : Triduum Pascal, soit du Jeudi Saint au Dimanche de Pâques
    • Page 37 : de nombreux liens internet « vers des œuvres historiques de musique sacrée pour aider à la méditation ».
Informations complémentaires :

1. Dimanche des RAMEAUX - (5 avril 2020) - (cliquez pour lire l’homélie )

« Le Seigneur mon Dieu m’a donné le langage des disciples, pour que je puisse, d’une parole soutenir celui qui est épuisé » (Is 50,4).

Bien chers paroissiens, paroissiennes, j’aimerais vous rejoindre en ce jour où nous entrons dans la Semaine sainte ! Dans son Message pour la semaine sainte, le Pape François affirme à juste titre que « même si nous sommes isolés, la pensée et l’esprit peuvent aller loin avec la créativité de l’amour ».

Célébrer les grands mystères de notre foi confiné chacun chez soi, seul ou en famille est une souffrance pour tous, mais laissons-nous guider par l’Esprit Saint pour vivre la semaine sainte « qui manifeste et résume le message de l’évangile, celui de l’amour sans limite de Dieu ».

La bénédiction des rameaux est reportée dans notre diocèse au premier dimanche après la fin du confinement, mais la Messe des Rameaux et de la Passion du Seigneur, je la célèbre sans assemblée à l’église Saint-Jacques à 11h à toutes vos intentions, aux intentions de ceux et celles pour qui la Messe est recommandée et les défunts de la semaine. Avec émotion, je pense à toutes les victimes du Coronavirus et leurs proches.

Le dimanche des Rameaux commémore l’entrée de Jésus dans Jérusalem sous les acclamations des foules. C’est un épisode émouvant et paradoxal de la vie de Jésus : en effet, c’est un moment de triomphe mais qui se situe peu de temps avant sa mise à mort. L’Évangile (Mt 21,1-11) proclamé avant la procession, raconte que Jésus décide de faire une entrée solennelle dans la ville de Jérusalem, pour se manifester auprès de la foule comme étant le messie. Il prend pour monture un jeune âne, pour montrer le caractère modeste de sa démarche. Il est alors acclamé par la foule qui agite des rameaux coupés aux arbres et dépose sur son chemin des vêtements en signe de respect et d’amour.

Saint Paul dans sa Lettre aux Philippiens résume d’un trait le sens et la grandeur de cet amour qui ne craint pas la croix : « Le Christ Jésus, ayant la condition de Dieu, ne retint pas jalousement le rang qui l’égalait à Dieu ». En effet, qu’avait-il à se mêler à nos souffrances ? Qu’avait-il à gagner en partageant notre condition humaine ?

En Christ mort et ressuscité, nous n’avons plus de raisons de vivre replier sur nous-mêmes. En ces tristes moments de souffrance mondiale, que nos prières et partages s’ouvrent aux dimensions du monde. Ne passez jamais aucune de vos journées sans avoir pris les nouvelles d’une personne proche ou loin de vous. Nous avons tous les moyens technologiques à notre disposition. Rêvons, innovons, inventons d’autres gestes et moyens de vie communautaire.

Dans notre paroisse ayons une pensée particulière pour ceux et celles qui sont

  • au centre de rééducation de Tréstel,
  • dans nos EHPAD : Les Macareux, Ker Guen de Louannec,
  • dans La Résidence Ty Langastel de Trégastel,
  • dans les foyers logements Louis Adam de Trélévern et celui de Trévou,
  • dans les résidences seniors : les jardins d’Arcadie et Domitys.

Prions pour eux et pour leurs proches.

C’est en étant seul qu’on apprécie la valeur de la vie communautaire et social ; c’est dans la maladie qu’on désire la santé. Continuons d’invoquer Notre Dame de la Clarté afin qu’elle ne cesse de veiller sur nous.

Suivons le Christ dans sa passion jusqu’à la Croix pour avoir part à sa résurrection et à sa vie. Bonne semaine sainte à tous en restant chez vous !

Père Albert

La bénédiction des Rameaux est reportée.
Elle se fera lors du 1er dimanche qui suivra la fin de l’interdiction des rassemblements (nous n’en connaissons pas encore la date).

  • Au niveau diocésain :
  • Au niveau local (pour être en communion) :
    Père Albert Wanso célébrera Les Rameaux à 11h, en l’église St Jacques de Perros-Guirec, sans assemblée.

2. MESSE CHRISMALE

Désolé, il n’y a rien ici ;-) Vous êtes trop curieux … N’oubliez pas : RESTEZ chez VOUS ;-)

  • La messe chrismale n’aura pas lieu pendant la Semaine Sainte.
  • Elle sera reportée, si la situation sanitaire le permet, le mardi qui précède la fête de la Pentecôte, le mardi 26 mai, à l’église Saint Michel de Saint-Brieuc à 20h30.

3. JEUDI SAINT - (9 avril 2020) - (cliquez pour lire l’homélie )

Jeudi Saint : Messe en Mémoire de la Cène du Seigneur
Ex. 12, 1-8.11-14, Ps 115, 1 Cor.11, 23-26 et Jn 13, 1-15

Biens chers Frères et Sœurs en Christ,

En ce jour où nous commémorons la Sainte Cène, la tradition veut que ce soit la fête du Sacerdoce ! Je me joins à tous mes confrères dans le Sacerdoce pour rendre grâce à Dieu. Il a fait confiance aux pécheurs que nous sommes en nous associant à son Sacerdoce. « Tout grand prêtre, pris d’entre les hommes, est établi en faveur des hommes pour leurs rapports avec Dieu. Son rôle est d’offrir des dons et des sacrifices pour les péchés. Il est capable d’avoir de la compréhension pour ceux qui ne savent pas et s’égarent, car il est, lui aussi, atteint de tous côtés par la faiblesse et, à cause d’elle, il doit offrir pour lui-même aussi bien que pour le peuple, des sacrifices pour les péchés » (Héb. 5, 1-3).

Après son Baptême par Jean au Jourdain, les Évangélistes nous disent que Jésus commença sa Mission publique. Au regard de cette vie, on est en droit d’affirmer qu’il n’a vécu que pour les autres. « Il allait de lieu en lieu faisant le Bien » Act 10,38). Là où régnait l’injustice, il a rendu justice : « femme, personne ne t’a condamné, moi non plus… » (Jn 8,10). Là où il y avait les larmes, il a consolé, il a redonné la vie et la joie ; relisons simplement la ressuscitation de Lazare (Jn 11, 1-57). Devant les larmes de la veuve de Naïm « le Seigneur fut pris de pitié pour elle et lui dit : ne pleure plus » (Lc 7,13). Là où il y avait l’échec, la déception ou le découragement, Jésus s’est montré proche et répondant aux soucis des hommes (cf. Jn 2, 1-10). Là où il y avait l’exclusion, il s’est montré à l’écoute, relisons la guérison de l’aveugle Bartimée (Mc 10, 46-52) et la réinsertion des dix lépreux (Lc 17, 11-19). On peut repasser ainsi en revue toute l’existence terrestre de Jésus-Christ.

Le Jeudi Saint, Commémoration de la Cène, ou le dernier Repas avec ses apôtres, nous enseigne principalement deux choses qui constituent le Testament de Jésus : l’institution de l’Eucharistie et le Lavement des pieds.

Instituant l’Eucharistie, Jésus signifiait ainsi qu’il offrait son corps et son sang pour le salut du monde. Jésus a donné sa vie pour nous et nous perpétuons ce don dans l’Eucharistie. En mangeant la Chair de Jésus et en buvant son Sang, nous sommes transformés : « Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi et moi, je demeure en lui » (Jn 6, 56). Les chrétiens se rappellent aussi que Jésus lava les pieds de ses apôtres, les invitant ainsi à se faire les serviteurs des autres.

« Vous m’appelez ‘’Maître’’ et ‘’Seigneur ‘’, et vous avez raison, car vraiment je le suis. Si donc moi, le Seigneur et le Maître, je vous ai lavé les pieds, vous aussi, vous devez vous laver les pieds les uns aux autres ».

Être chrétien, être disciple du Christ c’est servir ; servir sans réserve. « Je ne suis pas venu pour être servi, mais servir ». Au sens biblique du terme, servir rime avec humilité. Combien sommes-nous souvent choqués face à l’abus du pouvoir ! Au cléricalisme, pour faire écho aux soucis du Pape. Le cœur à cœur de Jésus devrait nous interpeller tous chacun à son niveau selon son statut de vie.

Confinés comme nous le sommes, rivalisons dans le service mutuel en famille !
Bonne fête et bonne montée vers Pâques !

Père Albert
  • Au niveau diocésain :
    • Mgr Denis Moutel présidera la Cène du Seigneur à la Maison Saint-Yves à 18h00.
    • La célébration sera retransmise en direct à la radio sur RCF-Côtes d’Armor ainsi qu’en vidéo par un accès depuis le site internet diocésain
  • Au niveau local :
    Père Albert célébrera la Cène du Seigneur à 18h30, en l’église St Jacques de Perros-Guirec, sans assemblée.
  • 18h00, Messe présidée par le Pape FRANÇOIS, en direct de Rome sur youtube watch
  • Au niveau diocésain :
    • Mgr Denis Moutel célébrera la Passion du Seigneur à la Maison Saint-Yves à 18h00.
    • La célébration sera retransmise en direct à la radio sur RCF-Côtes d’Armor ainsi qu’en vidéo par un accès depuis le site internet diocésain.
  • Au niveau local :
    • A 15h00, les fidèles sont invités à s’unir à l’un ou l’autre chemin de croix retransmis sur RCF ou KTO.
    • Père Albert célébrera La Passion du Seigneur à 18h30, en l’église St Jacques de Perros-Guirec, sans assemblée.

5. VEILLÉE PASCALE - (11 avril 2020) - (cliquez pour lire l’homélie )

Homélie de la Veillée Pascale (Année A)
Gn 1,1-2,2 ; Ex 14,15-15,1a ; Is 55,1-11 ; Rm 6,3b-11 ; Mt 28,1-10)

« Peuple de baptisés, marche dans la lumière, le Christ est ressuscité ! Alléluia, Alléluia »

Chers frères et sœurs,

« Le Carême confiné » se termine en cette nuit très sainte où le Christ nous invite à marcher dans sa lumière. Éclairés par cette lumière pascale, que je souhaite effective dans nos familles, nous célébrons la Pâques du Seigneur. J’avais rêvé pouvoir la célébrer avec toute la communauté mais Hélas ! Pâques se célèbre cette année en famille, sans Eucharistie ! que c’est historique et dur ! Cependant, l’Église invite tous ses fils et filles à exulter de joie, à chanter à pleine voix et de tout cœur, la résurrection de notre Seigneur Jésus Christ ! Oui, « qu’éclate dans le ciel la joie des anges ! Qu’éclate de partout la joie du monde ! Qu’éclate dans l’Église la joie des fils de Dieu ! » (Exultet) Le Christ est ressuscité, Alléluia !

Toute la liturgie de la veillée pascale révèle Dieu et son action pour l’homme : - Il a créé le monde par amour. C’est la révélation du livre de la Genèse : « Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre » (1re lecture). - Dieu s’est révélé aux fils d’Israël comme le Dieu libérateur. Il nous libère de toutes nos angoisses, de tout ce qui pèse sur nos épaules, de la servitude et de la mort : « J’ai vu, oui, j’ai vu la misère de mon peuple qui est en Égypte, et j’ai entendu ses cris sous les coups des surveillants. Oui, je connais ses souffrances. Je suis descendu pour le délivrer de la main des Égyptiens » (Ex 3,7-8). Et « Israël vit avec quelle main puissante le Seigneur avait agi contre l’Égypte » (2e lecture). - Le Seigneur s’est révélé à l’homme comme le Dieu de l’Alliance qui invite à la conversion : « Que le méchant abandonne son chemin, et l’homme perfide, ses pensées ! Qu’il revienne vers le Seigneur qui lui montrera sa miséricorde, vers notre Dieu qui est riche en pardon » (3e lecture).- Dieu se révèle enfin, comme le Dieu de la vie et non de la mort : « Si nous sommes passés par la mort avec le Christ, nous dit l’apôtre Paul, nous pensons que nous vivrons aussi avec lui » (4e lecture).

Par sa résurrection, le Christ a dépossédé la mort de son empire et nous a introduit dans la vie de Dieu. La Résurrection du Christ est ainsi le mystère central de notre foi. Mystère que nous sommes conviés à partager. C’est désormais à la lumière de la Résurrection que nous comprenons la vocation de tout baptisé, appelé à bannir toute peur et toute crainte. « Vous, soyez sans crainte ! » dit l’ange aux femmes avant que Jésus lui-même ne le leur répète avec un envoi en mission : « Soyez sans crainte, allez annoncer à mes frères qu’ils doivent se rendre en Galilée : c’est là qu’ils me verront » (Mt 28,10).

La mission de tout baptisé, c’est d’annoncer à tous les hommes que Jésus est vivant et « qu’il est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père » (Ph 2,11). Oui, « dans sa grande miséricorde, Dieu nous a fait renaître pour une vivante espérance grâce à la résurrection de Jésus Christ d’entre les morts » (1 P 1,3).

Soyons des chrétiens dignes de ce nom, courageux, costauds, intrépides, capables d’apporter du sang neuf à notre monde éprouvé et apeuré.

Frères et sœurs, comme autrefois, nous sommes rejoints en cette nuit par le Ressuscité au bord du tombeau de nos peurs, de nos angoisses, de nos soucis. Il nous rejoint, « nous tous qui par le baptême avons été unis au Christ Jésus » (4e lecture) et il nous annonce la bonne nouvelle de sa Résurrection. Ne nous replions pas sur nous-mêmes mais réjouissons-nous, car nous sommes « vivants pour Dieu en Jésus Christ » (4e lecture). Rendons grâce à Dieu le Père qui nous donne la plus grande preuve de son amour en cette nuit en ressuscitant son Fils et nous avec lui. La vie est un don qui se reçoit en se donnant » dit le Pape François. Même au cœur de la détresse épidémique, reconnaissons le ressuscité qui nous invite à l’espérance d’un monde nouveau.

Recevez la bénédiction solennelle :

« Que demeure en vous la grâce de Dieu, la grâce pascale qu’il vous offre aujourd’hui : qu’elle vous protège de l’oubli et du doute.

« Par la résurrection de son Fils, il vous a fait déjà renaitre : qu’il vous rappelle toujours à cette joie que rien, pas même la mort, ne pourra vous ravir.

« Ils sont finis, les jours de la passion, suivez maintenant les pas du Ressuscité ; suivez-le désormais jusqu’à son royaume où vous posséderez enfin la joie parfaite.

« Et que Dieu tout-puissant vous bénisse, le Père, le Fils et le Saint-Esprit » AMEN.

Bonne fête de Pâques à vous tous !
Père Albert
  • Au niveau local :
    • Père Albert célèbrera le samedi saint à 20h30, en l’église St Jacques de Perros-Guirec, sans assemblée.
    • A noter, ce samedi 11 avril, à 20h30, pour la Veillée Pascale, dans l’ensemble du diocèse, les cloches sonneront partout où c’est possible.
      Comme lors de l’Annonciation, chacun est alors invité à déposer une bougie à sa fenêtre.

6. DIMANCHE DE PÂQUES - (12 avril 2020) - (cliquez pour lire l’homélie )

Dimanche de Pâques

Ac 10, 34a.37-43, Ps. 117, Cor.1, 5, 6-8, Jn 20, 1-9


Voici le jour que fit le seigneur, jour de fête et de joie !
Le Christ est vraiment Ressuscité Alléluia !

Frères et sœurs, bien aimés,

Si Pâques n’existait pas, le christianisme n’existerait pas ! « Purifiez-vous donc des vieux ferments, et vous serez une pâte nouvelle… » (Cor. 5, 6).

Ce qui fait la grandeur de l’homme, c’est de se savoir mortel (l’animal, par exemple, ne sait pas qu’il est mortel). Ce qui fait la grandeur de Dieu, c’est de redire que l’homme est fait pour la Vie et non pas pour la mort. Et cette fête de Pâques vient redire, de façon éclatante au plan de la foi et de façon discrète au plan humain, que la Résurrection du Christ inaugure un monde nouveau où la mort devient passage et où la vie s’éclaire d’un à venir insoupçonné, et qui rime avec éternité. Il nous faut donc choisir entre le "Grand Soir" des illusions perdues et le petit matin des Espérances les plus fortes.

J’aimerais ce matin vous partager la foi de toutes nos familles chrétiennes qui, comme nous l’imaginons, même confinées redisent avec toute la force de l’Évangile que c’est la Résurrection du Christ qui est aux fondements et au cœur de l’Espérance chrétienne mais aussi de l’espérance humaine.

Aujourd’hui, en cette fête de Pâques, le chemin du Christ devient notre chemin. C’est son chemin de Croix qui devient un chemin de foi et un chemin de joie. Mais il a fallu la mort du vendredi saint et le silence du samedi saint pour que s’ouvre enfin la lumière de la Résurrection. La vie n’a de prix que parce que l’Amour a du prix. Et ce prix est inestimable car, comme le disait déjà saint Bernard : "La mesure de l’amour, c’est d’aimer sans mesure !"
La Résurrection, c’est en quelque sorte le débordement de vie et le surcroit de l’Amour ; à profusion ! Non pas seulement pour demain, dans l’au-delà, mais pour l’aujourd’hui dans tout ce qui fait notre quotidien. Le Covid-19 nous invite à ouvrir d’autres chemins.

« Seigneur, ne nous laisse pas dans les ténèbres et dans l’ombre de la mort, protège-nous du bouclier de ton pourvoir » (Pape François). Ne perdons pas confiance.
« Le signe est là qu’à son retour
Nous devons faire ce qu’Il aime pour témoigner qu’Il est amour ».

CHRIST EST VRAIMENT RESSUSCITE ! ALLÉLUIA !
BONNE FÊTE DE PÂQUES A VOUS TOUS !
VIVEZ DANS LA PAIX DU CHRIST, ALLÉLUIA !
Père Albert
  • Les fidèles sont invités à s’associer à la Messe de Pâques célébrée à 11h sur France 2 ou KTO.
  • Au niveau diocésain :
    • En ce jour solennel de célébration de la Résurrection du Christ, Mgr Denis Moutel adressera un message au diocèse, retransmis à la radio sur RCF-Côtes d’Armor et disponible en vidéo sur le site internet diocésain. (heure non fournie)
  • Au niveau local :
    • Père Albert célèbrera la messe à 11h, en l’église St Jacques de Perros-Guirec, sans assemblée.

En attendant ce grand jour, restez confinés,
protégez-vous bien et
unissons nos prières d’une seule voix.
Carême 2020_chant pour un temps d’homélie
Messes et annonces
1 er au 9 février 2020

Horaire des MESSES dominicales 4e dimanche du Temps Ordinaire (Année A)
Présentation du Seigneur au temple

  • Samedi 1er février :
    18h, Saint Quay-Perros
  • Dimanche 2 février :
    11h, Perros-Guirec, église St Jacques.

Horaire des MESSES dominicales 5e dimanche du Temps Ordinaire (Année A)

  • Samedi 8 février :
    18h, Perros-Guirec, chapelle N-D de La Clarté
  • Dimanche 9 février :
    9h30, Trélévern, église Saint Léonore & Sainte Anne
    11h, Perros-Guirec, église St Jacques.

Feuilles de chants et d’annonces de cette semaine : voir en fin de page.
Voir les horaires des messes de la paroisse
Voir les textes du jour

info document - JPEG - 927.8 ko

Vendredi 31 janvier 2020 :
(Pour mémoire, cette page étant mise en ligne en fin de semaine précédente :)
9h30, messe à Trévou-Tréguignec
11h, Adoration, chapelle de la communauté St Jacques, 11 rue du Sergent l’Hévéder.
18h, rencontre des confirmands (groupe 1), presbytère de Perros-Guirec

Samedi 1er février 2020 :
10h, rencontre Confirmands (groupe 2), presbytère de Perros-Guirec
10h, catéchèse pour les CE et les CM, presbytère de Perros-Guirec

Lundi 3 février 2020 :
14h, Équipe liturgique 4 prépare la célébration des CENDRES (26 février), presbytère
14h30, Équipe liturgique 3 prépare les messes du 7e dimanche du Temps Ordinaire (22 & 23 février), presbytère de Perros-Guirec

Mardi 4 février 2020 :
15h30, chapelet médité, chapelle de la Communauté St Jacques (11 Rue Sgt l’Hévéder, Perros-Guirec)
18h, chapelet médité à l’église St Yves de Louannec.
18h, Pas de messe à Trégastel
20h, Répétition du groupe de chants paroissial, oratoire de l’église St Jacques.

Mercredi 5 février 2020 :
9h30, Réunion de l’Équipe d’Animation Pastorale (EAP) (Presbytère de Perros-Guirec)
18h, Pas de messe à Perros-Guirec

Jeudi 6 février 2020 :
9h30, Messe à Louannec, église Saint Yves
20h30, adoration, oratoire de l’église St Jacques à Perros-Guirec
Date limite pour s’inscrire au repas crêpes du 9 février de la Pastorale des jeunes.

Vendredi 7 février 2020 :
9h30, messe à Trévou-Tréguignec
10h30, prière pour la vie, chapelle de la communauté St Jacques, 11 Sergent l’Hévéder, Perros-Guirec
11h, Adoration, chapelle de la communauté St Jacques, 11 Sergent l’Hévéder, Perros-Guirec
18h, rencontre des confirmands de 6e. (Presbytère de Perros-Guirec)

Samedi 8 février 2020 :
9h, réunion de toutes les équipes liturgiques pour préparer les 5 dimanches de CARÊME + le dimanche des RAMEAUX. (Presbytère de Perros-Guirec)

Dimanche 9 février 2020 : repas festif au profit de la Pastorale des jeunes de la zone de LannionPlus d’informations ici.

Prière écrite par le Pape François pour le mois missionnaire extraordinaire (octobre 2019)
(en remplacement de la prière mensuelle pour les VOCATIONS)

Dieu notre Père, Ton Fils Unique Jésus-Christ ressuscité d’entre les morts a confié à ses disciples sa mission  : «  Allez  ! De toutes les nations faites des disciples  ».
Tu nous rappelles que par le baptême nous participons tous à la mission de l’Église. Par le don de Ton Esprit-Saint, accorde-nous la grâce d’être témoins de l’Évangile, courageux et ardents, pour que la mission confiée à l’Église soit poursuivie en trouvant des expressions nouvelles et efficaces qui apportent la vie et la lumière du monde.

Aide-nous à faire en sorte que tous les peuples puissent rencontrer l’amour sauveur et la miséricorde de Jésus-Christ, notre Seigneur et notre Dieu, qui vit et règne avec Toi, dans l’unité du Saint-Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles.

Le père Albert Wanso sera absent jusqu’au 19 février. Par conséquent, selon les disponibilités des autres prêtres de la zone pastorale de Lannion, les messes en semaine ne seront pas toutes assurées.

La feuille dominicale et le site de la paroisse pourront vous permettre de connaître les messes qui auront été maintenues.

Documents à télécharger

Messes et annonces
15 au 23 février 2020

Horaire des MESSES dominicales 6e dimanche du Temps Ordinaire (Année A)

  • Samedi 15 février :
    18h, Kermaria-Sulard, église Notre-Dame de La Joie
  • Dimanche 16 février :
    9h30, Trégastel, chapelle Sainte Anne
    11h, Perros-Guirec, église Saint Jacques.

Horaire des MESSES dominicales 7e dimanche du Temps Ordinaire (Année A)

  • Samedi 22 février :
    18h, Trévou-Tréguignec, église
  • Dimanche 23 février :
    9h30, Louannec, église Saint Yves
    11h, Perros-Guirec, église Saint Jacques.

Feuilles de chants et d’annonces de cette semaine : voir en fin de page.
Voir les horaires des messes de la paroisse
Voir les textes du jour

info document - JPEG - 927.8 ko

Vendredi 14 février 2020 :
(Pour mémoire, cette page étant mise en ligne en fin de semaine précédente :)
9h30, messe à Trévou-Tréguignec
11h, Adoration, chapelle de la Communauté St Jacques, 11 Sergent l’Hévéder, Perros-Guirec

Mardi 18 février 2020 :
15h30, chapelet médité, chapelle de la Communauté St Jacques (11 Rue Sgt l’Hévéder, Perros-Guirec)
18h, chapelet médité à l’église St Yves de Louannec.
PAS de messe à Trégastel à 18h
20h, répétition du groupe de chants paroissial, oratoire de l’église St Jacques

Mercredi 19 février 2020 :
18h messe, chapelle de la Communauté St Jacques, 11 Sergent l’Hévéder, Perros-Guirec

Jeudi 20 février 2020 :
9h30, Messe à Louannec, église Saint Yves
20h30, adoration, oratoire de l’église St Jacques à Perros-Guirec

Vendredi 21 février 2020 :
9h30, messe à Trévou-Tréguignec
11h, Adoration, chapelle de la Communauté St Jacques, 11 Sergent l’Hévéder, Perros-Guirec

Mercredi 26 février 2020 : Mercredi des Cendres 
18h30, en l’église St Jacques de Perros-Guirec.
Vendredi 6 mars 2020 : Ateliers «  Pardon de La Clarté  »
En vue du Pardon de La Clarté le 15 août prochain, des ateliers sont proposés à toutes les personnes intéressées pour s’initier
  • Au repassage des coiffes
  • A la pose des coiffes + coiffure
  • A la pose des châles

Ce temps d’apprentissage aura lieu dans les salles St Luc et St Matthieu (entrée par la cour du presbytère) de 14h30 à 16h.
Pas d’inscription nécessaire.

Samedi 7 mars 2020 : Récollection paroissiale
15h à 17h45 à la salle des fêtes de Saint-Quay-Perros.
Toutes les personnes de notre communauté paroissiale sont invitées à se retrouver autour du père Albert Wanso pour un temps de réflexion et de méditation en ce début de Carême. Ce temps sera suivi de la messe en l’église de Saint-Quay-Perros.
Merci de vous inscrire rapidement afin d’aider à organiser au mieux cette rencontre.
Presbytère  : 02 96 23 21 64 ou paroisse.perrosguirec chez diocese22.fr

Le père Albert Wanso sera absent jusqu’au 19 février. Par conséquent, selon les disponibilités des autres prêtres de la zone pastorale de Lannion, les messes en semaine ne seront pas toutes assurées.

La feuille dominicale et le site de la paroisse pourront vous permettre de connaître les messes qui auront été maintenues.

Documents à télécharger

Messes et annonces
22 février au 1 er mars 2020

Horaire des MESSES dominicales 7e dimanche du Temps Ordinaire (Année A)

  • Samedi 22 février :
    18h, Trévou-Tréguignec, église
  • Dimanche 23 février :
    9h30, Louannec, église Saint Yves
    11h, Perros-Guirec, église Saint Jacques.

Horaire des MESSES dominicales 1er dimanche de Carême (Année A)

  • Samedi 29 février :
    18h, Coatréven, chapelle de Lochrist
  • Dimanche 1er mars :
    11h, Perros-Guirec, église Saint Jacques.

Feuilles de chants et d’annonces de cette semaine : voir en fin de page.
Voir les horaires des messes de la paroisse
Voir les textes du jour

info document - JPEG - 927.8 ko

Vendredi 21 février 2020 :
(Pour mémoire, cette page étant mise en ligne en fin de semaine précédente :)
9h30, messe à Trévou-Tréguignec
11h, Adoration, chapelle de la Communauté St Jacques, 11 Sergent l’Hévéder, Perros-Guirec

Samedi 22 et dimanche 23 février :
Quête au profit du Pèlerinage National Monfortain à Lourdes qui aura lieu du 19 au 25 Avril 2020 sous la Présidence de Monseigneur NICOLAS SOUCHU, Evèque d’AIRE et de DAX.
Plus de renseignements dans le prochain bulletin paroissial de mars

Lundi 24 février 2020 :
16h45, répétition du groupe de chants paroissial, mairie de Trévou-Tréguignec

Mardi 25 février 2020 :
9h, pliage du bulletin, appel à toutes les bonnes volontés disponibles, presbytère de Perros-Guirec
15h30, chapelet médité, chapelle de la Communauté St Jacques (11 Rue Sergent l’Hévéder, Perros-Guirec)
18h, chapelet médité à l’église St Yves de Louannec.
18h, messe à Trégastel suivie d’un temps d’adoration jusqu’à 19h, foyer Ste Anne.

Mercredi 26 février 2020 : Mercredi des Cendres 
18h30, en l’église St Jacques de Perros-Guirec.

Jeudi 27 février 2020 :
9h30, Messe à Louannec, église Saint Yves
20h30, adoration, oratoire de l’église St Jacques à Perros-Guirec

Vendredi 28 février 2020 :
9h30, messe à Trévou-Tréguignec
11h, Adoration, chapelle Communauté St Jacques, 11 Sergent l’Hévéder, Perros-Guirec

Vendredi 6 mars 2020 : Ateliers «  Pardon de La Clarté  »
En vue du Pardon de La Clarté le 15 août prochain, des ateliers sont proposés à toutes les personnes intéressées pour s’initier

  • Au repassage des coiffes
  • A la pose des coiffes + coiffure
  • A la pose des châles

Ce temps d’apprentissage aura lieu dans les salles St Luc et St Matthieu (entrée par la cour du presbytère de Perros-Guirec) de 14h30 à 16h.
Pas d’inscription nécessaire.

Samedi 7 mars 2020 : Récollection paroissiale
15h à 17h45 à la salle des fêtes de Saint-Quay-Perros.
Toutes les personnes de notre communauté paroissiale sont invitées à se retrouver autour du père Albert Wanso pour un temps de réflexion et de méditation en ce début de Carême. Ce temps sera suivi de la messe en l’église de Saint-Quay-Perros.
Merci de vous inscrire rapidement afin d’aider à organiser au mieux cette rencontre.
Presbytère  : 02 96 23 21 64 ou paroisse.perrosguirec @ diocese22 . fr

Documents à télécharger

0 | 10 | 20 | 30